Pourquoi Eurosatory devrait être fermé pour de bon – et pour le bien du monde (Partie 1)

Que signifie la sécurité réelle ? Les leçons que nous a enseignées le coronavirus.

Cet été, le plus grand salon de l’armement au monde n’a pas ouvert ses portes – Eurosatory – à Paris. Le salon a été annulé malgré le nombre impressionnant de bailleurs de fonds pleins aux as, attendant avec impatience cette foire biennale qui présente les offres les plus récentes et les plus sophistiquées en matière de mort et de destruction. Même le soutien avide du gouvernement français, des plus grandes sociétés d’armement du monde et de leurs gouvernements nationaux enthousiastes, sans parler des nombreuses entreprises annexes qui se greffent sur la vente d’armes, n’a pas pu résister au risque de propagation du coronavirus parmi les 58 000 visiteurs et près de 6 000 exposants internationaux. Si les ventes d’armes ne connaissent pas de frontières, un virus pandémique n’en connaît pas non plus.

Oui à la sécurité – mais celle de qui ?

Cette annulation est particulièrement ironique, étant donné que la production et le commerce d’armes, qui sont très coûteux, sont justifiés en ce qu’ils sont censés assurer notre sécurité à tous, sauvant ainsi nos vies. Cependant, lorsque la « menace immédiate » est arrivée sous la forme d’un virus mortel, sa propagation rapide n’a rencontré que peu d’opposition, la plupart des gouvernements étant si peu préparés. Pourquoi, me demanderez-vous, puisqu’une pandémie avait déjà été prédite il y a dix ans et une nouvelle fois beaucoup plus récente par plusieurs épidémiologistes ? Mais les gouvernements ont ignoré les avertissements parce qu’ils étaient déterminés à assurer un autre type de sécurité – qui ne dépendait que d’un armement hautement sophistiqué. En dépensant d’énormes sommes d’argent pour la soi-disant défense, ceux qui étaient au pouvoir étaient certains de pouvoir nous protéger contre les attaques d’ennemis non spécifiés.

Covid-19, l’ennemi invisible que les armes ne peuvent tuer

Sans aucun doute, personne n’imaginait que les économies les plus puissantes du monde pouvaient être démantelées aussi facilement sans qu’un seul coup de feu ne soit tiré et par un adversaire aussi invisible. Presque personne n’avait prévu que c’était un service de santé robuste et bien financé – et non des avions de chasse à la pointe de la technologie – qui serait essentiel pour faire face de manière efficace aux terribles retombées. Pensaient-ils, après tout, qu’il ne pouvait y avoir de réelle urgence ou raison de garantir la mise en place d’installations sanitaires adéquates nécessaires pour faire face à une pandémie. Des lits d’hôpital pour les urgences ou des équipements hospitaliers de qualité convenable semblaient être une demande trop farfelue par rapport à l’urgence d’écouter les lobbyistes de l’armement. L’objectif de soutenir la production d’armes et d’assurer sa prospérité était bien plus urgent. Ainsi, les budgets de la défense ont prospéré au détriment de la santé. Comme on le sait, le nombre de morts en France a dépassé les 29 000 le 8 juin 2020 – le jour même où Eurosatory devait ouvrir ses portes pour accueillir les marchands d’armes du monde entier.

Eurosatory 2017. Image Credit: Stop Fuelling War – https://stopfuellingwar.org/fr/

Covid-19 : à quoi ressemble la vraie sécurité ?

Essayez d’imaginer ce qu’aurait pu être le résultat si seulement une partie du budget de la “défense” avait été dépensée pour le secteur de la santé ! Combien de médecins et d’infirmières auraient pu être formés pour le prix d’un seul avion de chasse Dassault Rafale de 97 millions d’euros ? Combien d’équipements essentiels supplémentaires, de lits d’hôpital pour les urgences, etc, auraient pu être achetés ? Combien aurait coûté l’amélioration des conditions de vie dans les EHPAD pour que moins de personnes âgées meurent avant leur heure ? Et si une partie du budget de la recherche sur la défense avait été consacrée à l’étude de la famille des coronavirus afin qu’un vaccin puisse être mis au point rapidement et que des vies – sans parler de l’économie – puissent être sauvées ? Demandez aux victimes de violences conjugales confinées avec leurs bourreaux si elles préféreraient dépenser plus d’argent en armement ou en maison d’accueil.

Un prix qui en vaut la peine ?

En fin de compte, combien de citoyens français, en particulier les familles de celles et ceux qui sont morts inutilement en raison de l’insuffisance de l’offre et des soins, estiment que les dépenses militaires ont été un sacrifice qui en valait la peine ? Nous devons nous demander de quelle mort et de qui les armements étaient censés nous défendre ? Pourtant, la première vague de Covid-19 n’a guère commencé à s’estomper avant que le lobby de l’armement ne fasse de nouveau campagne pour une augmentation des dépenses, en particulier pour le Fonds européen de défense dont la France est un acteur majeur.

Covid-19 et reprise de l’économie : pourquoi se concentrer sur la production d’armes ?

Il y a eu tellement de propagande sur l’idée que l’industrie de l’armement est essentielle à la création d’emplois que presque personne ne met en doute la validité de cet argument. Pourtant, peu de gouvernements sont prêts à dire combien de personnes sont en réalité employées par cette industrie. Pourquoi ? Si l’industrie de l’armement était vraiment un employeur important et contribuait au produit intérieur brut (PIB) d’une nation comme on le prétend, les gouvernements ne devraient-ils pas être ravis de partager cette information avec l’électorat ? Apparemment, non. Les données sont enveloppées dans le secret, généralement pour des raisons de “sécurité nationale”. La France reconnaît qu’environ 300 000 personnes sont employées dans l’industrie aéronautique, mais ce chiffre inclut le secteur dominant de l’aviation civile. Alors comment croire et encore moins vérifier, l’affirmation douteuse selon laquelle la défense est un gros employeur ?

Eurosatory 2017. Image Credit: Stop Fuelling War

Toutefois, le ministère français de la défense vient d’annoncer un nouveau programme de soutien à l’industrie aéronautique de 15 milliards d’euros. Sans quoi, dit-il, 100 000 emplois seront perdus. La part de ce montant destinée à l’armement est restée confidentielle, mais le gouvernement a également annoncé qu’il allait anticiper ses commandes d’équipements militaires.

Créer des emplois dans d’autres secteurs

Alors que les pays sortent progressivement du confinement, le plus grand défi économique auquel sont confrontés les gouvernements est de savoir comment lutter contre le chômage. En l’absence de données fiables, il existe de bonnes raisons de penser que le fait de subventionner l’industrie de l’armement nuit en fait à l’objectif de maximisation de l’emploi. La raison en est que les entreprises d’armement qui réussissent doivent être énormes de par la nature de leurs produits. Cependant, les experts vous diront que les économies qui dépendent de quelques grandes entreprises concentrées dans des secteurs limités peuvent s’avérer être désastreuses lorsqu’il s’agit d’une reprise économique rapide, en grande partie parce que la flexibilité est la clé de la création de nouveaux emplois.

Subventionner continuellement la production d’armes est-il le meilleur moyen d’avoir une économie saine ?

L’influent lobby de l’armement a demandé d’énormes subventions gouvernementales pour assurer la continuité de l’emploi. Mais pourquoi favoriser des entreprises d’armement lourdes qui ne peuvent pas s’adapter facilement à un monde post-Covid-19 ? Si l’objectif est de maximiser l’emploi le plus rapidement possible, il existe d’autres industries beaucoup plus utiles sur le plan social, qui pourraient prospérer avec un soutien financier initial plus faible de la part du gouvernement. Bien que les règles de concurrence de l’UE interdisent les subventions aux industries nationales, la défense reste une exception coûteuse. À plus long terme, une économie qui compte une proportion importante de petites et moyennes entreprises aurait plus de chances de survivre au chaos économique sans avoir constamment besoin d’énormes subventions publiques. C’est remarquable à quel point ceux qui vantent les avantages d’une économie de marché libre restent étonnamment muets lorsqu’on les interroge sur les subventions accordées à l’industrie de la défense.

Qu’est-ce que la sécurité réelle ?

Combien de morts inutiles de type coronavirus faudra-t-il pour que nous comprenions que notre véritable sécurité ne peut pas et ne doit pas dépendre uniquement d’un arsenal d’armes ? Quand allons-nous reconnaître que face à la menace réelle la plus dévastatrice de l’histoire récente, nous étions pratiquement impuissants ?

Pour assurer une sécurité réelle, il faut inclure une série de politiques qui améliorent la vie. Aucun gouvernement n’est si puissant qu’il peut se permettre d’ignorer continuellement les véritables besoins de sa population : bien-être social, soins de santé, stabilité économique, emploi, justice climatique. Mais nous ne pouvons pas atteindre ces objectifs sans détourner les fonds des budgets de “défense” gonflés, qui, en fin de compte, ne peuvent pas tenir leurs promesses en nous défendant contre un petit tueur silencieux et inattendu.

Karen King

https://stopfuellingwar.org/fr/

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: